Humeurs LIFESTYLE

Si vous êtes timide, ce livre va vous sauver la vie !

Parce que chez moi la parole a toujours été un sport de combat, une barrière parfois infranchissable Handicapée par la timidité pendant des années j’ai décidé que tout allait changé.

La clef ? Le livre de Bertrand PETRIER.    fullsizeoutput_27d7.jpeg

Comment se présente le livre ?

Ce livre ne se définit pas comme un livre qui aide les timides dans leur vie de tous les jours. C’est un livre écrit par un avocat pour convaincre. Mais si convaincre était en réalité la clef pour pouvoir parler ? J’ai choisi une lecture step by step. Je n’ai pas voulu tout lire d’un coup pour apprécier chaque conseil délivré et pour pouvoir effectuer une lecture active, c’est à dire une lecture crayon en main pour annoter et surligner tous les conseils possibles. C’est un livre qui alterne entre conseils pour prendre la parole et histoire personnelle de Bertrand PETRIER. C’est ce que j’ai aimé car il y a un réel rythme pendant la lecture : alternance entre une méthode avec à la fin de chacune des exercices pratiques ( à réaliser seul ou à plusieurs ) puis un retour sur l’expérience personnelle de l’auteur ( comment la plaidoirie au Conseil d’Etat, son enseignement à Sciences Po et HEC et la formation d’éloquence en Seine Saint Denis l’ont aidé ).

L’auteur

Bertrand PETRIER est avocat au Conseil d’Etat après avoir été avocat pénaliste. Il enseigne à Sciences Po et HEC et contribue à former les participants au concours d’éloquence Eloquentia. La préparation au concours précité a fait l’objet d’un film documentaire A voix haute. Ce pédigrée peut impressionné et pourtant, à travers les mots de l’auteur, on comprend que c’est une personne humble qui cherche à transmettre sans limite ses connaissances.

Des conseils pour les timides… et pas que ! 

Le livre est riche en conseils. Pour pouvoir travailler sa voix il faut d’abord travailler sa posture. Les deux pieds ancrés dans le sol, les bras non croisés, un jeu de main ( à l’italienne ). La posture passe par le regard. Un regard droit et franc. Si l’assistance est nombreuse, on se fixe un point au fond de la salle pendant tout le discours. Un exercice que je trouve très bien fait est celui du ventriloque. Cet exercice se réalise à deux. L’un débite un discours, l’autre lui saisit les bras et anime les paroles par les gestes. C’est un exercice qui permet de travailler l’écoute et la gestuelle lors de la prise de paroles. Après avoir travaillé sa posture, on travaille son langage, on bannit les tics de langages et les euh ( avec l’exercice du buzzer à euh, en tapant sur la table dès qu’une personne prononce un euh intempestif ), on varie son vocabulaire ( presque comme à l’écrit en baissant les verbes avoir, être et faire par exemple et en recherchant des formulations plus riches ). Si c’est un discours préparé, on laisse une part à l’improvisation en veillant à tout de même prévoir un début et une fin.  On apprend eu fur et à mesure des chapitres à poser sa voix, à contrôler ses émotions, à adopter une voix ferme et naturelle. Placer sa voix est primordiale, on « transforme son corps en véritable instrument ». Je trouve que c’est une jolie formulation car elle met en exergue le pouvoir de la voix, qui parfois est mise un peu de côté. On apprend à amplifier sa voix si celle ci ne porte pas naturellement ( car on peut être timide et avoir une voix qui porte !! ). « La voix est l’organe de l’expression des passions », c’est à dire que lors de la prise de parole, ce n’est pas la voix coutumière que l’on met au travail mais la voix amplifiée. Ce que PETRIER appelle la voie d’implication: plus ferme, plus forte, qui porte. A utiliser devant une assistance ou bien pour des têtes à têtes importants comme des entretiens d’embauche. Pour captiver l’attention : on cherche à moduler sa voie : comme une partition de musique : jouer des rythmes et des tonalités. Un exercice vraiment pas mal, testé et approuvé, celui de la posture: essayer de gommer la cambrure du dos contre un mur en respirant naturellement et réitérer l’expérience sans être adossé au mur. Après la mise en application de ces principaux conseils qui font l’objet des premiers chapitres de l’ouvrage viennent des conseils plus spécifiques et des conseils aidant au développement personnel. Ce qui, je pense, m’aide pour les oraux à la fac c’est l’apprentissage de structure du discours : narration, argumentation, péroraison… Un autre chapitre qui m’a impressionné : celui sur l’improvisation. L’improvisation, c’est la bête noire des timides car elle passe par la confiance en soi. Désormais avec ce livre, je n’ai plus peur d’improviser certaines paroles lorsque je prends la parole en cours ou bien lors d’oraux ( chose quasiment impossible avant car je répétais la phrase que j’allais dire dans tous les sens avant de bien vouloir la laisser sortir ). mais attention, pour reprendre la phrase de CHURCHILL citée dans le livre : « un discours improvisé a été réécrit trois fois ». L’improvisation naît de lecture, d’expériences et de réflexions. C’est à dire qu’elle ne sort pas nulle part. Il ne s’agit pas de prendre la parole pour prendre la parole mais bien de formuler un propos construit et pertinent. Improviser un discours peut passer par quelques notes écrites ( un système de flèches par exemple ).

fullsizeoutput_2ae8.jpeg

 

Pourquoi tous ces conseils sont utiles ?

Et bien tout simplement parce qu’ils viennent de quelqu’un qui a été confronté à la timidité, dans sa vie personnelle et professionnelle. C’est aussi pour cela qu’il est important de lire les passages de la vie de l’auteur qui sensibilisent à son expérience et à ses angoisses de timides ( récurantes chez les personnes réservées, donc ). Après avoir relevé tous les conseils qui me semblaient utiles avec mes stabilos multicolores, j’ai mis ces conseils en applications. D’abord au quotidien, à la fac, avec des amis en travaillant ma posture dans la vie de tous les jours. Des choses qui me paraissaient insurmontables ( et pourtant si anodines pour certains ) sont devenues plus faciles : comme prendre un rendez vous médical ou interagir à la boulangerie. Un autre chapitre qui m’a plu ( parmi tant d’autres ) est celui sur la séduction amoureuse. L’auteur appuie sur le fait que maintenant il nous ait difficile parfois d’utiliser les mots et la parole pour décrire nos sentiments. Passage que j’ai jugé intéressant.

Bref ! ce livre m’accompagne partout pour pouvoir y jeter un coup d’oeil n’importe quand et presque n’importe où, pour travailler les exercices seule ou à plusieurs ! Je vous le conseille fortement, c’est un investissement très vite rentable. Une fois acheté, difficile de s’en passer…

L’avez vous lu, avez vous envie de le lire ? Laissez un petit mot <3

Agathe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *